LA NGOUNIÉ, AUX CONFINS DU GABON

LA NGOUNIÉ AUX CONFINS DU GABON

Petit par la taille, le Gabon est immense par sa diversité. Ses neufs provinces offrent une multitude de paysages, de langues, de traditions artistiques, gastronomiques, artisanales… C’est un voyage au coeur de ces neufs provinces que nous vous proposons, à la rencontre de ces particularités qui font le charme du Gabon. Quatrième étape de ce périple : la Ngounié.

Si vous traversez un jour une rivière dans la province de la Ngounié, n’oubliez pas de jeter dans l’eau une pièce de monnaie pour le génie qui y vit : c’est la coutume ici. La Ngounié se caractérise en effet par ses traditions dont beaucoup ont un lien avec l’eau, omniprésente dans cette province.

Le fleuve qui lui a donné son nom, la Ngounié, prend sa source près de la frontière avec le Congo, avant de se jeter dans l’Ogooué en amont de Lambaréné. La Ngounié et ses nombreux affluents arrosent généreusement la grande plaine forestière située entre le massif du Chaillu et les monts lkoundou. Dans cette province d’une superficie de 37 750 km2, plusieurs ethnies se côtoient : Eshira, Pindji, Punu, Tsogho et Vili… Ainsi qu’une population de Pygmées évaluée à 789 personnes par l’Unesco en 2003.

En venant de Lambaréné, on arrive à Fougamou, ville qui porte le nom d’un génie puissant habitant les célèbres chutes d’eau toutes proches. Celles-ci ont été baptisées par l’explorateur Paul Belloni Du Chaillu « chutes de l’Impératrice » lorsqu’il les découvrit en décembre 1858, en hommage à l’Impératrice Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III.

La route Nationale I mène ensuite à Mouila, la capitale provinciale de la Ngounié. Cette ville de 20 000 habitants environ, étendue sur les deux rives du fleuve, constitue un bon point de départ pour découvrir la région. A 5 km de la ville se trouve une curiosité naturelle : « le lac bleu », qui doit son nom à la teinte saphir de ses eaux.

En direction du Sud vers Ndendé, plusieurs pistes donnent accès aux plaines verdoyantes de Tougoutiti, de Matassou et de Makanda très fréquentées par les buffles, antilopes, potamochères, porcs-épics, canards, outardes, francolins…
Chef-lieu du département de la Dola, à 75 km au sud de Mouila, Ndendé compte 4 500 habitants. C’est la dernière ville gabonaise avant la frontière avec le Congo.

Elle est située dans une zone de savane vallonnée et cernée par le massif du Chaillu et les monts Mayombe.
A l’est des plaines, on aperçoit les contreforts occidentaux du massif du Chaillu, qui ont de tout temps fasciné ceux et celles qui en approchent. Il abrite le point culminant du Gabon : le mont Milondo, qui s’élève à 1 020 m.

La découverte de l’or a fait naître un nouvel intérêt pour la région

Ces montagnes recouvertes de forêt, considérées comme une des zones prioritaires pour la conservation au Gabon, représentent un sanctuaire pour beaucoup d’espèces endémiques. Ses flancs recèlent également de nombreuses richesses, à commencer par l’or.

Sa découverte en 1930, notamment dans le village d’Etéké, a fait naître un nouvel intérêt pour la région, avec le développement de chantiers miniers, puis celui d’exploitations forestières et agricoles.Autre trésor de la Province : la pierre de Mbigou. Ce village situé à 800 mètres d’altitude est célèbre pour son calcaire tendre (stéatite) qui se prête à merveille à la sculpture.

Actuellement, peu d’artistes travaillent à Mbigou même ou utilisent la pierre du cru. Mais un grand nombre d’artisans – notamment ceux du quartier d’Alibendeng à Libreville -, taillent des oeuvres dans des calcaires similaires qu’ils appellent « pierre de Mbigou ». La région est aussi réputée pour son art sacré. Sculptures en bois des ethnies Mitsogho, Punu, Eshira, effigies recouvertes de lamelles de cuivre des Massangho, masques… Autant d’objets qui ont toujours pour les habitants une valeur rituelle.

Au croisement du Massif du Chaillu et des chaînes du Mayombe, le village de Mimongo est d’ailleurs considéré comme le berceau du Bwiti, le rite initiatique traditionnel du Gabon, que l’on appelle ici Bwété.

La province de la Ngounié abrite aussi parmi les plus anciennes églises du Gabon : les missions catholiques de Saint-Martin des Apindji, de Sindara et de Mandji, datant de la fin du 19ème siècle. A n’en pas douter la Ngounié, en plus de ses richesses naturelles, est le berceau d’une intense vie spirituelle.

Un héritage dont l’importance dépasse les frontières de la Province.

%s

Copyright © 2019 Sogafric Holding. Réalisé par Rackkham.